Tagged: noir de mars

AmaZone ReMix

Bjork – Crystalline – 2011.

Et puis, il y a eu le nouvel album de Bjork.
Bjork fait partie de ses artistes qui m’accompagne depuis des années. Sa force créative et son regard sur le monde, la musique, l’image et l’art m’intriguent et me bousculent. Dérangeante, poétique, unique et rebelle, j’aime toutes les dualités qui font sa musique. J’aime l’étrangeté et la singularité de son style. J’aime l’invraisemblable créativité qui l’habite et la définit.  J’aime ce qu’elle provoque en moi: des émotions, des questions, de l’admiration.
Une amazone, une vraie.
Une inspiration.

AmaZone ReMix

Créer une collection, c’est s’inventer une petite histoire et faire du mieux pour l’illustrer avec son médium de prédilection et son esthétique personnelle. Chaque saison, après chaque collection, il faut accepter de tout rejeter, de tout recommencer et de se remettre à nouveau en danger.
J’ai commencé à travailler sur cette nouvelle collection en Novembre dernier. Plus qu’un projet de fin d’études, je me suis fixée l’objectif de lancer noir de mars avec un grand bang et de travailler sur tous les fronts (conceptualisation, design, fabrication, communication, mise en marché…) pour créer une collection forte et commercialisable tout de suite.

J’ai longtemps cherché un thème pour cette nouvelle collection. Même si je m’impose de toujours travailler avec la forme géométrique du cercle, j’aime à croire que je peux appliquer ce motif à des milliers d’histoires et d’interprétations différentes. Après avoir décidé de travailler pour l’hiver 2012-2013, j’avais dans mon inconscient l’idée saugrenue d’une fin du monde toute proche prédite par le calendrier Maya mais je ne savais quoi en faire. Je feuilletais les magazines, j’allais voir des expositions. Je regardais des vieux films de Lynch ou de Burton pour m’habiter de leurs univers étranges et surréels… et puis je suis tombée sur cette photo.

photo: magazine Dress to Kill – Été 2011.

Une femme sauvage, un peu excentrique, un peu ethnique : une amazone.
J’avais trouvé mon point de départ: l’’idée d’une amazone nouvelle qui vit dans la ville et s’imprègne de l’énergie et de frénésie de celle-ci. Je m’imagine alors une amazone urbaine forgée par ses déambulations citadines. Elle est multiple mais toujours fidèle à elle-même. Elle est entière, drôle, intrigante et imposante. C’est une amazone nouvelle version, rebelle et contemporaine. C’est une amazone pour qui je veux créer des accessoires de caractère, pratiques et originaux.